Le courant Danubien

Vers 5800 avant notre ère, débute un des deux grands courants de Néolithisation européenne, le courant danubien que l’on appelle aussi celui de la céramique linéaire ou Rubanée.

A partir de 5800, on assiste à une expansion démographique à partir des groupes à céramique peinte qui vont amener à la création d’une nouvelle entité culturelle, à la périphérie des groupes à céramique peinte. Ce nouvel ensemble est appelé complexe carpato-pannonien.

La mise en place de ce nouvel ensemble est liée à une phase de stabilisation des communautés néolithiques. Dans ces cultures, le décor peint des céramiques disparaît progressivement et d’une manière générale, on note un éloignement par rapport aux traditions proches orientales et anatoliennes.

Le nombre de sites connus augmente considérablement, il s’agit de petites agglomérations ouvertes (sans enceintes) pouvant comprendre jusqu’à une quinzaine d’habitations. Les maisons, de forme rectangulaire, sont réalisées sur poteaux porteurs avec des parois de clayonnage et torchis.

Concernant l’économie, les sites se divisent entre ceux à élevage dominant (caprinés puis  bœuf, le porc ne joue qu’un rôle mineur) et ceux de chasse au cerf.

En Hongrie occidentale, on observe une stagnation de la Néolithisation pendant probablement 300 ans entre 5800-5750 et 5500 avec l’instauration d’une sorte de frontière entre les néolithiques et les populations locales. La Néolithisation ne franchira donc cette limite qu’avec un temps de retard et grâce au développement d’une nouvelle entité « la céramique linéaire ».

Le développement des céramiques linéaires, à partir de 5500, est considéré comme un tournant dans la Néolithisation de l’Europe car il s’agit d’un phénomène qui va traverser le continent en conservant une assez remarquable identité culturelle.

Dès la Phase la plus ancienne, la céramique linéaire occidentale couvre l’Europe centrale du Danube au Rhin, à l’Elbe et à la Vistule, puis elle se déplace dans une phase ancienne vers la rive gauche du Rhin et le bassin de la Meuse.

La phase la plus ancienne est définie par une céramique assez homogène qui comprend des jattes profondes, plus ou moins coniques, de grands vases ouverts et profonds globulaires ou biconiques mais aussi des bouteilles à col en entonnoir, des écuelles sur pied, et des écuelles polypodes. Ce sont les décors qui sont les plus caractéristiques avec des lignes parallèles incisées qui dessinent des formes de spirales, méandres et chevrons.

En deux à trois siècles, la céramique linéaire se retrouve en Bohème et en Pologne. Au même moment de véritables villages à céramique linéaire apparaissent en Autriche et en Bavière.

Avec un petit décalage, elle gagne le sud-ouest de l’Allemagne.

Les modalités de cette expansion demeurent discutées. On a tout d’abord pensé à un processus de colonisation, en raison de l’homogénéité de la culture matérielle et de la rapidité du phénomène

Certains traits sont d’une homogénéité remarquable.

L’habitat est marqué dès la phase la plus ancienne par l’apparition de maisons longues sur poteaux, en bois, clayonnage et torchis qui présentent un modèle que l’on voudrait unique et qui dans tout les cas semble bien être une règle.

Il s’agit de plans rectangulaires avec une largeur de 5 à 6 m constante et une longueur variable atteignant souvent 15 à 20 mètres. Ils sont conçus de façon tripartite, avec des séparations internes marquées par des rangées de trous de poteau avec un avant, un milieu et un arrière. Trois lignes de poteaux qui soutiennent les faîtières de toitures divisent les maisons en 4 nefs dans le sens de la longueur. Enfin de grandes fosses longent les longs côtés de la maison (Prélèvement de matériau pour la construction des parois réutilisés en dépotoirs par la suite au plus grand bonheur des archéologues).

Les agglomérations sont en revanche de taille très variable, de quelques maisons le plus souvent à des ensembles importants supposés bien que la réelle synchronie des différentes constructions ne soit pas toujours aisée à établir.

 

Concernant l’industrie lithique, on note en même temps une exploitation massive des ressources locales et l’existence de réseau de circulation de certaines matières premières parfois à très longues distances. Certains de ces réseaux apportent aux groupes néolithiques des matières en provenance de régions non encore « néolithisées », ce qui laisse supposer la participation active de populations mésolithiques à certains de ces échanges à longue distance.

L’industrie de la phase la plus ancienne est caractérisée par la fabrication de lames, de grattoirs, de perçoirs, de pointes trapézoïdales, qui sont communs avec les mésolithiques.

Avec tous ces indices convergents, les relations entre les premiers néolithiques d’Europe centrale et les populations locales de tradition mésolithique sont sans doute plus complexe qu’on ne l’a cru jusqu’à une époque récente, et l’expansion danubienne ne peut être résumé à un unique et simpliste processus de colonisation.

Les choix dans les stratégies de subsistance sont bien connus et sont marqués par une part importante de l’élevage du bœuf et une agriculture orientée vers l’engrain et l’amidonnier.

 

Les pratiques funéraires associées au Rubané sont très diverses et relativement bien connues puisque plus de 2500 tombes avaient déjà été fouillées en 1996.

On connaît en effet des nécropoles, des sépultures isolées au sein de l’habitat et aussi de petites cellules d’inhumation, comportant quelques tombes à proximité directe de l’habitat.

Si l’inhumation semble la règle, l’incinération est aussi présente dans plusieurs régions.

C’est donc vers 5300 avant notre ère que se fait le passage entre la Céramique linéaire La Plus Ancienne et la Céramique Linéaire Ancienne, généralement appelée rubanée en France.

C’est à ce moment que le mouvement danubien franchit le cours du Rhin où nous allons trouver plusieurs ensembles :

  • le Rubané du nord-ouest (RNO) qui s’étend depuis la confluence Rhin-Neckar jusqu’en Hainaut Belge et jusqu’à la Basse Alsace.
  • Le Rubané du sud-ouest (RSO) se développe en Haute Alsace pendant la phase anciennne, et gagne la Champagne pendant la phase moyenne et le Bassin Parisien à la phase récente ou on distingue un Rubané Récent du Bassin Parisien (RRBP).

 

La céramique du Rubané du nord-ouest est bien connue et évolue à partir de la céramique linéaire la plus ancienne. Les décors sont réalisés au poinçon et au peigne.

Concernant les pratiques agropastorales, l’élevage du Bœuf domine sur celui du porc et des caprinés dès les phases anciennes et moyennes. Mais sur certains sites, la part de la chasse, aux cervidés essentiellement, peu encore être importante.

L’agriculture est développée et tournée vers l’engain et l’amidonnier, la présence d’orge, de pavot et de lentilles est interprétée comme une importation depuis le bassin parisien et probablement le sud.

C’est dès la phase ancienne qu’apparaissent les grandes nécropoles rubanées qui peuvent atteindre parfois plus de 200 tombes.

C’est aussi le moment de l’apparition de nombreux sites fortifiés qui sont interprétés comme la preuve de conflits ou de relations hostiles avec les populations locales.

Le Rubané du Sud-Ouest présente une céramique caractérisée par l’emploi du peigne pivotant et du thème décoratif en T.

L’industrie lithique est marquée par la présence d’armatures perçantes triangulaires, de lames étroites lustrées, de grattoirs, perçoirs et burins. Les traditions mésolithiques sont faibles et ont tendance à disparaître.

Concernant les pratiques économiques, les bovidés occupent toujours la première place, suivis selon les sites et les secteurs par les caprinés ou les suidés.

L’un des grands sites du Rubané Récent du Bassin Parisien est celui de Cuiry-lès-Chaudardes dans la vallée de l’Aisne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s