Le Néolithique, une histoire récente !

Les vestiges néolithiques sont sans doute, les premiers vestiges préhistoriques découverts puis reconnus dès le XVIe et le XVIIe siècles. Il s’agit alors de ce que l’on appelle des « pierres à foudre » qui sont pour l’essentiel des haches de pierre polie.

Pendant le XVIIIe siècle, les cabinets de curiosités se remplissent de vestiges néolithiques non encore bien compris en même temps qu’on commence  à étudier les monuments mégalithiques généralement attribués aux Celtes.

Il faut attendre le début du XIXe siècle pour qu’un certain Christian Thomsen, en 1819, classe les collections du Musée de Copenhague en 3 périodes :

  • L’âge de la pierre
  • L’âge du Bronze
  • L’âge du Fer

Et c’est seulement en 1865 qu’un archéologue et naturaliste anglais, Sir John Lubbock divise l’âge de la pierre entre :

  • Un âge de la pierre ancienne ou pierre taillée
  • Un âge de la pierre nouvelle ou pierre polie

Finalement, c’est dans le dernier tiers du XIXe siècle que les archéologues s’intéressent au Néolithique principalement au départ avec la fouille des cités lacustres, les « palafittes » dans les Alpes essentiellement en France mais surtout en Suisse et en Allemagne, et l’étude des ensembles et des monuments mégalithiques (dolmens, menhirs et autres).

A partir de ce moment là l’archéologie néolithique s’est développée et les progrès en un peu plus d’un siècle sont importants. Une étape importante est franchie dans les années 1930, lorsque un préhistorien et théoricien australien, Vere Gordon Childe, énonce le concept de « Révolution Néolithique » qui est encore utilisé dans les écoles pour parler du Néolithique. En fait, il est le premier à comprendre que le changement d’économie est un évènement majeur dans l’histoire humaine.

 

Les personnages clés :

  • Christophe-Paul de Robien (1698-1756), Président du Parlement de Bretagne qui étudie vers 1730 les sites de Carnac et Locmariaquer
  • Christian Jürgensen Thomsen (1788-1865) est le premier à ordonner les en 1836 les collections du Musée de Copenhague en fonction de la théorie des trois âges : âge de la pierre, âge du bronze et âge du fer.
  • Jacques Boucher de Perthes (1788-1868) : Le premier à conclure en 1860 que l’homme existait avant le déluge, que les climats ont changé et qu’on peut distinguer une période tropicale, glaciaire et tempérée.
  • Edouard Lartet (1801-1871) : On lui doit la classification Paléontologique (Âge du grand ours des cavernes / du mammouth / de renne et de l’auroch en 1861.
  • Gabriel de Mortillet (1821-1898) : Il est le premier administrateur du musée de Saint Germain en Laye en 1868.
  • Edouard Piette (1827-1906) : Fouilleur et collectionneur, il dcouvre la « Dame de Brassempouy » en 1895. En 1902, il lègue sa collection au MAN.
  • John Lubbock (1834-1913) : C’est lui qui invente les termes de paléolithique et de Néolithique en 1876.
  • Louis Capitan (1854-1929) : Elève de Gabriel de Mortillet, il fouille de nombreux sites en Périgord et devient professeur au Collège de France
  • Zacharie Le Rouzic (1864-1939) : Fondateur avec James Miln du musée de Carnac
  • Henri Breuil (1877-1961) : Elève de Louis Capitan, il classe les industries du paléolithique supérieur grâce à l’étude des stratigraphies et contribue à l’étude des grottes ornées (Lascaux).
  • Vere Gordon Childe (1892-1957) : Australien, il est le premier à évoqué la « Révolution Néolithique ».
  • André Leroi-Gourhan (1911-1986) : Il renouvelle les méthodes de fouilles archéologiques (Pincevent en 1964) et se spécialise sur on œuvre à l’anthropologie des techniques.
  • Gérard Bailloud (1919-2010) : Il définie les étapes du Néolithique dans le Centre Nord de la France.
  • Yves Coppens (né en 1934) : Professeur au Collège de France, on lui doit la découverte de la fameuse Lucy en 1974.
  • Henri de Lumley (né en 1934) : l a dirigé de nombreuses fouilles archéologiques dans le Sud-Est et a contribué à la construction de plusieurs musées de Préhistoire en France.
  •  Jean Guilaine (né en 1936) : Professeur au Collège de France, il est spécialisé sur la transition Néolithique / Âge de Bronze.
  • Pierre Pétrequin (né en 1944) : Avec sa femme Anne-Marie, il développe l’ethnoarchéologie, coordonne les fouilles des lacs de Chalain et Clairvaux et identifie les gites de productions des haches alpines. Ils coordonnent le projet Jade.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s