Une pioche ou un biseau ?

Certains outils en bois de cerf sont appelés « biseaux à perforation transversale », un intitulé qui décrit l’objet mais ne nous renseigne pas sur son emploi. Car s’il est facile de décrire comment et pourquoi se servir d’un perçoir ou d’une hache polie, il n’en va pas de même pour d’autres outils.

Plusieurs techniques aident les archéologues à définir un objet parmi lesquelles :

  • L’archéologie expérimentale pour « tester » des solutions. On pense souvent au déplacement de mégalithes ou au reconstitution d’habitats lacustres, mais il y a aussi des chercheurs qui testent des solutions de taille ou d’utilisation des objets comme par exemple le travail remarquable de Jacques Pelegrin, un  « technologue lithicien » qui mène des recherches sur « l’analyse du comportement technique et l’étude des techniques et méthodes de taille».
  • La tracéologie pour conforter les analyses expérimentales et les objets retrouvés sur les sites. C’est une discipline assez récente (30 à 40 ans) qui associe des compétences très diverses mais permet de définir la ou les fonctions d’un outil mais aussi les conditions d’usage et de réaffutage.

Alors à quoi servent ces biseaux ?

  • Une hache marteau en bois de cerf ou une pioche : C’est la définition  traditionnelle liée sans doute aux nombreux pics en bois de cerf retrouvés dans les puits de mines de silex depuis le XIX° siècle.
  • Un merlin à fendre : C’est une définition plus récente (Pétrequin, 1988) qui résulte des observations faîtes sur les sites lacustres et surtout de l’importance du travail du bois qui avait été sous-estimé auparavant. Ces merlins sont employés pour fendre le bois destiné, par exemple, à la construction des chemins de planches ou à refendre le bois de chauffage.
  • Un Brise-mottes : Certains de ces outils sont utilisés pour ameublir la terre. Il peut s’agir aussi d’une ré-utilisation de merlins qui sont trop usés pour le travail du bois mais parfaits pour une utilisation agricole.

Pour ma part, je pense que ces outils n’ont pas un seul emploi mais que leur utilisation diffère suivant les contextes (lacustre ou minier) et les utilisateurs, même si le travail du bois nécessite un outillage adapté qui va au-delà de la hache et de l’herminette.

Au final, la « Commission internationale de nomenclature sur l’industrie de l’os préhistorique » (et oui, on fait même des commissions sur le sujet !) a proposé, en mai 1993, de regrouper les objets perforés appelés « haches », « haches-marteaux », « pioches », « houes », « merlin » sous le terme général d’« outils biseautés perforés ».

Pour en savoir plus, voir sur le net : « Le cerf au Néolithique » de Denis Ramseyer (2005).

Biseau (2)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s